L’absentéisme au travail est un véritable phénomène de société, presque un fléau qui semble, pour certains – malheureusement – inévitable ce qui, reconnaissons-le n’engage pas réellement à l’action !

En tout état de cause, il s’agit d’une problématique devenue prioritaire pour certaines entités ! Burn-out (le syndrome de l’épuisement professionnel), bore-out (celui de l’épuisement professionnel par l’ennui au travail) ou désormais brown-out (le syndrome de la perte de sens au travail), sont des mots complètement tendances et pour cause, de plus en plus de travailleurs sont concernés et ne considèrent plus le travail comme une source d’épanouissement ! Au sein de notre cabinet, expert en stratégie RH  et en  organisation, en conduite de changement et en optimisation de la performance individuelle et collective, nous avons une grande expérience du secteur public. Un véritable atout qui nous permet d’en comprendre la culture, les modes de fonctionnement, les interactions et ainsi, de pouvoir apporter des solutions pragmatiques et efficaces pour allier bien-être, performance et productivité au service d’une organisation à considérer dans son ensemble  !

Cette problématique nous tient à cœur car il en va de la performance de notre service public et de l’épanouissement de sa principale ressource : son capital humain !

Au-delà du coût humain et du coût financier : une perte de (4,6 millions d’euros en 2008 pour l’hôpital Necker, par exemple – Source www.ifrap.org), ces absences entrainent un réel dysfonctionnement dans les équipes, une dégradation de la cohésion, une démotivation même pour les plus motivés et un rendement en baisse. Tous ces éléments, bien entendu, ne favorisent pas la réussite individuelle et collective ni le fait de travailler dans un environnement agréable et efficace !

Ci-dessous, une infographie avec des chiffres très parlants, que nous vous laissons découvrir :

Absenteisme_fonctionpublique

LES SOLUTIONS :

Pour autant, des solutions sont envisageables et fonctionnent !

Tout d’abord, l’accompagnement des Managers, des cadres et des équipes vers plus de collaboratif, vers des objectifs partagés et un cadre d’actions déterminé et responsabilisant, qui aurait pour conséquences premières :

  • De donner du sens (chacun a conscience de contribuer à la stratégie générale),
  • De responsabiliser chaque collaborateur (chacun sait quel est son rôle et connaît le cadre dans lequel il peut agir et contribuer),
  • De développer la cohésion, le sentiment d’appartenance et la création de repères .
 En parallèle, il très souvent nécessaire, en complément :
  1. De revoir les process (souvent pour les simplifier !),
  2. De réviser les modalités de communication et d’interaction entre les différentes strates hiérarchiques (l’information descendante n’est pas de la communication ! – elle est utile mais est loin d’être suffisante),
  3. D’organiser un dialogue effectif où les « remontées » du terrain permettent un pilotage et une prise de décision plus efficaces,
  4. D’accompagner les Managers à devenir des leaders en capacité de mobiliser et de motiver, à l’écoute, dans l’empathie et la bienveillance mais aussi en capacité de faire monter leurs collaborateurs vers plus de performance… tout en étant en capacité de décider y compris dans l’urgence quand il le faut !

LES CONSéQUENCES :

Toutes ces actions ont pour conséquences directes : une motivation accrue des salariés, la baisse de l’absentéisme et du turn-over ! C’est une évidence. Certaines expériences ont été très concluantes y compris dans des organisations dites publiques. Prenons l’exemple de la Belgique avec l’arrivée de Frank Van Massenhove, Président du Comité de Direction du Ministère belge de la Sécurité Sociale, qui a instauré le télétravail 3 jours par semaine dans le but de réduire les coûts et booster la productivité de chacun. Cette décision a permis de révolutionner une institution pourtant jugée archaïque. Puis est arrivée Laurence Vanhée (de 2009 à 2013), la première « Chief Happiness Officer », qui a mis le bonheur au travail au cœur de sa stratégie en impliquant chaque collaborateur pour les faire parvenir au succès en entreprise.
C’est donc un pari gagnant/gagnant car le bien-être, la reconnaissance des collaborateurs (c’est à dire de leur importance dans l’organisation pour l’atteinte des objectifs), leur responsabilisation ont pour conséquences directes une productivité, une capacité à innover et une performance (individuelle et collective) accrues !
« Choisissez un travail qui vous plaît et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie. » – Confucius
Il y a vraiment un tournant à prendre pour le secteur public qui devient URGENT ! Puisque bien-être au travail et performance ne peuvent décidément plus, être considérés séparément !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer